Maison et lifestyle

Comment entretenir mon terrarium

Comment entretenir mon terrarium ?

Que c’est beau un terrarium ! Ça va bien de partout, dans la chambre, dans le salon, dans la cuisine … Mais il ne faut pas oublier que c’est une plante, et qu’elle nécessite donc un entretien, comme toute plante. Selon le type de terrarium et le type de plante, l’entretien est différent, mais de manière générale, un terrarium n’a pas un besoin d’un arrosage trop fréquent.
Une règle est valable pour tous les types de terrariums : ne les exposez jamais à la lumière directe du soleil ! Le verre faisant un effet loupe, cela finira par brûler la plante.

Les terrariums ouverts

Les terrariums ouverts, aussi appelés terrariums non autonomes, ont un besoin en eau qui peut se rapprocher des plantes vertes traditionnelles. La seule différence, c’est qu’elles sont plus ou moins isolées par le verre.

Les cactus

Le cactus de manière générale est une plante peu gourmande en eau. Lorsque vous avez un cactus, il n’est pas nécessaire de l’arroser plus de 2 fois par mois. De plus, la terre dont la composition sableuse la rend plus drainante qu’un terreau classique est généralement recouverte de cailloux, ce qui ralentit l’assèchement de cette dernière.

Les ginsengs

Avec le ginseng, l’entretien est un peu plus régulier. Arrosez une fois par semaine minimum, et en petite quantité. Le ginseng est une plante qui se développe relativement rapidement, et qui prendra un peu plus de place au fur et à mesure. Il est également important de retirer ses feuilles mortes ou abimées lorsque c’est nécessaire.

Les « mix »

Les terrariums aux plantes vertes plus classiques ont un besoin en eau qui se rapproche du ginseng : arrosez environ une fois par semaine en petite quantité, et enlevez les feuilles et les herbes mortes ou abîmées lorsque cela s’impose.

Les terrariums autonomes

Les terrariums autonomes sont, comme leur nom l’indique : autonomes. C’est-à-dire qu’il n’y a besoin de les arroser qu’une fois pour plusieurs mois : l’eau va créer un cycle dans le terrarium, et la plante vivra sans problème.
Alors pour ce qui est de l’arrosage, quelles que soient les plantes dans le terrarium, les règles sont les mêmes : il faut arroser lorsqu’il n’y a plus du tout de condensation sur le verre du terrarium pendant plusieurs jours consécutifs. Tant qu’il y en a, c’est que le cycle est encore actif. À l’inverse, si de grosses gouttes ruissellent sur le verre, il est nécessaire d’aérer le terrarium en enlevant le bouchon quelques heures par jour pendant plusieurs jours pour que le surplus d’eau s’évapore.

Résoudre les problèmes de mon terrarium autonome

Si l’entretien d’un terrarium autonome s’avère bien plus simple qu’un terrarium ouvert ou même qu’une plante verte traditionnelle, certains problèmes peuvent intervenir tout au long de sa vie.

Les moucherons

Votre terrarium peut parfois être envahi de moucheron :  en effet, le terrarium est un endroit chaud et humide, l’abri parfait pour les mouches de terreau. Cet insecte est inoffensif pour l’Homme, bien que désagréable, mais pas forcément pour la plante. En effet, leurs larves, qu’ils pondent sous la mousse du terrarium, peuvent endommager la plante en plus de ne pas être très esthétiques.
Pour s’en débarrasser, une solution simple et accessible à tous reste le savon noir : il permet d’éliminer les larves sans endommager la plante en retour. Pulvérisez quelques fois sur la plante et la terre, puis attendez une petite semaine, afin de voir comment la situation évolue. Si les moucherons persistent au bout de la semaine, renouvelez l’opération.

Les cochenilles

La cochenille est un insecte parasite qui se développe en grand nombre sur la grande majorité des plantes. Ils sucent la sève de la plante et s’en nourrissent, ce qui tue la plante à petit feu. Pour les reconnaître, rien du plus simple : leur infestation laisse des traces. Si vous retrouvez des petits amas cotonneux, ou des dépôts noirs sur les feuilles, votre plante est infectée.  
Pour les faire disparaître, le savon noir est également une bonne solution. Dans ce cas-là, vous pouvez également le mélanger avec un tout petit peu d’alcool à bruler, et avec des huiles végétales. Ce sera d’autant plus fatal !

Quelle plante puis-je ajouter dans mon terrarium ?

Si vous avez envie d’ajouter une copine à votre plante, il est important de bien choisir ! Cactus, succulente, plante grasse, ginseng… vous avez le choix, mais il faut choisir la bonne !

Le choix va se faire par rapport à la forme et au type de votre terrarium. En effet, un terrarium ouvert aura une atmosphère plus sèche (plus l’ouverture est grande, plus il est sec), et accueillera plus facilement les cactus ou les succulentes.
À l’inverse, si vous avez un terrarium autonome, l’atmosphère sera évidemment plus humide, et il faudra donc choisir des plantes adaptées comme les ginsengs.
Prévoyez aussi un peu de place ! Quelle que soit la plante que vous décidez d’intégrer, assurez-vous qu’elle ait la place nécessaire pour se développer hors de la terre comme dans la terre.

Conclusion

Vous savez maintenant comment entretenir votre terrarium, quel qu’il soit, et même y ajouter d’autres plantes. Si vous souhaitez retrouver la sélection de terrariums Monsieur Basil, c’est ici !
Et si vous souhaitez créer votre terrarium de A à Z, nous vendons également des terrariums vides en magasin uniquement, mais aussi du terreau universel made in France.

Retour à la liste